Valeurs éducatives

Publié le par Christel HERVE

  • Pratique de la communication non violente : Pas de menaces, pas de chantage, pas de paroles blessantes ou d'étiquette comme « tu es méchant », « tu n’es pas gentil », « tu n’es pas belle quand tu pleures », « tu es maladroit, tu fais tout tomber »…
  • Ecoute des besoins et des émotions des enfants.
  • Respect de leurs rythmes (sommeil, développement psychomoteur...).
  • Pratique de l'éducation bienveillante. Pas de punition mais les enfants font face aux conséquences de leurs actions ou choix. Je préfère demander aux enfants de réparer ce qu'ils ont fait car il y a alors un lien entre l'acte commis et la conséquence.

Par exemple : si un enfant renverse son verre (volontairement ou non), si je le punis en le mettant au coin, il n'y a aucun rapport entre l'action de renverser le verre et la conséquence de se retrouver au coin. Dans ce cas, je demande plutôt à l'enfant de prendre une éponge et d'essuyer. Là, il y a un lien entre l'action et la conséquence : l'enfant répare et cela le responsabilise. J'insiste vraiment sur le fait que l'éducation bienveillante n'a rien à voir avec du laxisme. Vous pouvez voir dans les fiches outils du parent bienveillant dans les annexes ou sur mon blog, comment mettre en place des règles et comment réagir en cas de transgression.

  • Pratique de la motricité libre : je ne force pas un enfant à se mettre dans une position qu'il ne maîtrise pas. Chaque enfant va à son rythme en fonction de ses envies et de son développement musculaire : pas d'enfant « coincé » assis avec des coussins, pas de youpala.
  • Règles à respecter : les règles sont tournées en « positif » et non en négatif car les jeunes enfants ont du mal à comprendre les formes négatives. Il est préférable de dire aux enfants ce qu'on attend d'eux, ce qu'ils peuvent faire plutôt que ce qui est interdit :
  • sauter par terre, sur le trampoline, sur le matelas mis par terre, dehors…. (pas sur le canapé),
  • Crier dehors, parler dans la maison,
  • Poser les jouets par terre (et non les jeter, respect du matériel mais aussi des autres enfants),
  • Demander un jouet (et non le prendre des mains d'un autre enfant).
  • Apprendre la politesse aux enfants en étant poli avec eux, montrer le bon exemple, ne pas les forcer.
  • Apprendre à prendre soin de soi pour prendre soin des autres (exemple, la propreté : se laver les mains après une activité salissante, se laver le visage après manger, se faire changer la couche quand elle est souillée...). Quand un enfant est traité avec respect, il comprend alors qu'il est une personne respectable et que les autres personnes autour de lui sont respectables elles aussi.
  • Autonomie : je m'inspire de la pédagogie Montessori dont le slogan pourrait être « Apprends-moi à faire seul ». Accompagner l’enfant dans l’autonomie : ne pas le laisser livré à lui-même ni se mettre en danger, mais ne pas faire à sa place ce qu’il sait faire ou veut faire tout seul (manger, s’habiller, se déshabiller…). Même si ça prend du temps, même si le résultat n'est pas parfait, il est important de laisser l'enfant faire tout seul quand il en fait la demande. C'est à force de faire qu'il s'améliorera, et surtout l'autonomie aide à construire la confiance en soi.
  • Je signe avec les bébés et les jeunes enfants :
  • Objectifs : que les enfants soient épanouis, qu’ils partagent, respectent, soient autonomes, responsables…

Publié dans Mon projet d'accueil

Commenter cet article